Le Loisir à La Féclaz samedi dernier ... à la recherche de coureurs ??

Samedi 12 mars, la section Loisir du club s'est déplacée à la Féclaz, au moment même où se déroulait la Savoyarde du samedi, un 42km en skating. Ont-ils trouvé les coureurs? Un récit toujours aussi déjanté de Sergio, le conteur patenté du club ...

Raquettistes à la Féclaz

Les faits

Féclaz 1

Samedi 12 mars nous sommes arrivés à 14h 30 au départ des pistes de la station savoyarde. A la fois,Il manquait le soleil annoncé et Il ne restait pas beaucoup de temps pour effectuer une longue promenade . Malgré ces deux bémols un bon groupe de raquettistes a marchouillé environ deux bonnes heures en zigzaguant sur des pistes pourtant bien tracées dans la forêt avec de nombreuses balises en bois. Rien de bien délirant mais l'ambiance était joviale et les conditions méteo auraient pu être bien pires. J'en ai profité pour faire une photo du groupe devant un superbe bonhomme de neige coiffé d'un beau chapeau... en neige. Ensuite on a grignoté quelques friandises partagées et on a regagné Saint Egrève avant la nuit.

Féclaz 3

Les fées

Après avoir feuilleté quelques bouquins pas trop tartes sur l'origine de certains mots savoyards, je suis tombé par hasard sur un petit opuscule, un petit carnet à spirales , où , à part quelques recettes d' I-diots j'ai trouvé mon bonheur en lettres manuscrites, à l'encre violette, exactement celle des grosses bouteilles en verre où l'on introduisait une pastille qui se dissolvait aussitôt dans l'eau du robinet. Cela faisait d'ailleurs partie des petites missions confiées aux "élèves de service".

D'après l'auteur , donc, aux temps très anciens, les Ancêtres des Allo-Broges, appelaient le plateau de la Féclaz "les Nyriques" et les soirs de pleine lune quelques initiés avaient l'habitude d'y monter discrètement. Pourquoi y faire quoi ? La réponse je l'ai trouvée dans le petit carnet. Donc, pas à pas, la nuit, ils cheminaient par des sentiers secrets, en fumant la pipe de roseau,  pour s'imprégner ensuite des paroles sacrées de la Fée Claz accompagnée de sa parentèle, les Lapiaz et les Diaclaz, tout ce petit peuple ignoré des hommes de la vallée. Ces petits gnomes aux vertus sympathiques  peuplaient généralement les fissures des roches et certaines grottes bien connues des alpagistes qui séjournaient plusieurs mois avec leurs bêtes au lieu dit "les fermes". Bien évidemment l'entente n'était pas toujours parfaite entre les différents lutins et autres nymphes des sources et des forêts. Le petit livre de l'érudit savoyard relate même de sérieuses disputes publiques, des sortes de tribunaux en plein air, dans le rond d'une clairière éloignée, pour régler certains lits Tiges .( A l'origine on désignait ainsi le droit pour chacun de couper les roseaux pour en faire des lits ou de minuscules cabanes.) Par exemple la fée Claz était souvent harcelée par la fée Tyde, sa méchante et cruelle  cousine , négligée, malpropre, qui rôdait dans le marais Cage pas loin de la roche Ventacul. Pour faire simple je dirai que tout ce plateau savoyard était partagé en deux camps rivaux, celui des bonnes fées et celui des malfaisantes. Dans la troupe de la fée Tyde l'auteur du manuscrit parle souvent de fées qui avaient dérapé dans la magie noire, la sorcellerie. Il est plusieurs fois fait allusion à la fée Nhiass, à la fée Roce, à la fée Blaisse, et aussi à la fée Licite, la pire, toujours avec des paroles mielleuses et trompeuses. Quant à la fée Riste, elle était carrément détestée par tous et toutes.

Féclaz 2

Parmi tous les procès mentionnés, il est souvent question de sources empoisonnées, de maladies mystérieuses et de cérémonies démoniaques. Mais seule la fée Claz détenait le pouvoir magique de purifier les corps des esprits malades. Elle seule avait le don mystérieux d'assainir les eaux infectées par les sortilèges diaboliques des méchantes fées. Cet antidote, comme on dirait aujourd'hui, elle le tenait de sa mère, qui elle-même le tenait de ses aïeux.

 L'anecdote la plus savoureuse que j'ai réussi à déchiffrer, concerne   la sentence finale de la fée Claz envers la fée Tyde qui avait intentionnellement pollué un étang, un de plus, afin d'en chasser les grenouilles et y installer une colonie de gros crapauds puants qui souillaient tout. Non seulement tous les crapauds se transformèrent aussitôt en princes charmants qui épousèrent de magnifiques princesses vert émeraude... qui bondissaient très loin, (on se demande bien pourquoi ), mais la fée Tyde fut condamnnée... à se laver en public deux fois par jour, entièrement nue sous les applaudissements du petit peuple d'en haut. Jamais punition ne fut plus cruelle ni plus méritée.

Féclaz 4

Ainsi allait la vie aux temps reculés de nos Pères. Mais qui se souvient encore de ces territoires oniriques où les songes étaient la réalité et de nos jours, qui aurait la sagesse de croire à de pareils contes pour enfants?

 

Copyright